CBRE vous présente les chiffres clés et les tendances du marché de la logistique en France.

Bien-être

Un contexte économique en demi-teinte

L’économie française affiche des signes de ralentissement, avec un PIB de l’ordre de 1,6% prévu pour 2018. La confiance des ménages atteint même son plus bas niveau depuis avril 2016. Pour autant le pouvoir d’achat devrait sensiblement progresser en fin d’année et entraîner potentiellement une augmentation des dépenses. Les facteurs internationaux tels que la hausse du prix du pétrole et les tensions liées au protectionnisme y sont pour quelque-chose et la France s’avère plus impactée que ses voisins.

2018, des chiffres en baisse à analyser avec recul

2017 fut une année exceptionnelle avec la concrétisation de projets d’ampleur et un total de 4,7 millions de m² placés. Les 9 premiers mois de 2018 sont assez mécaniquement en retrait bien que surpassant de 24 % la moyenne décennale.
CBRE constate un haut niveau de commercialisation dans l’existant et un recul de 59% sur un an des clés en mains locatifs. Les comptes propres, quant à eux, affichent de beaux volumes, tengeantant 1 million de m² à l’échelle des 9 premiers mois. Les besoins structurels sont toujours importants et de grands projets sont attendus à l’horizon 2019.

L’IDF, un marché sous tension ?

En Ile-de-France, avec 687 000 m² comptabilisés au 3T, l’essoufflement est d’autant plus visible, consécutif à la performance record de 2017 (1,7 million de m²). Pourtant les volumes restent supérieurs à la moyenne sur 10 ans. Les produits de seconde main affichent même des niveaux de commercialisation jamais atteints tandis que l’offre vacante de qualité se raréfie.

Vitalité des régions prime sur la dorsale

Côté régions, le dynamisme est de mise au Nord et au Pas de Calais avec 415 200 m² commercialisés sur les 9 premiers mois de 2018. Cela en est de même en Rhône-Alpes avec 417 000 m² commercialisés, soit une augmentation de 30 % par rapport à la moyenne décennale.
Au global, on constate des tensions à l’offre sur certains marchés prime métropolitains et des enjeux prégnants de renouvellement. La tension est vive en zone dense.
Les paramètres directement liés à l’évolution des modes de consommation des ménages ont boosté le marché des grands entrepôts depuis ces dernières années. De la même manière la réorganisation des circuits logistiques de la grande distribution et du commerce spécialisé a considérablement porté le marché. Comment ces tendances vont-elles évoluer dans l’hexagone ? Les progressions affichées du e-commerce et le redéploiement en cours côté retailers sont porteurs. La France offre une vraie attractivité pour accueillir l’implantation de grands projets malgré la complexité des démarches administratives et une fiscalité extrêmement lourde.

Didier MALHERBE

Directeur Général Agency & Directeur Industrie et Logistique chez CBRE