Le marché tertiaire nantais passe la barre symbolique des 100 000 m², atteignant ainsi un nouveau record. Ce bon résultat est à mettre en lien avec le nombre croissant de transactions, au nombre de 267 contre 223 en 2018.

Au nord-est, c’est le quartier de la Chantrerie qui fait son succès. Le parc d’Ar Mor et Atlantis, à l’ouest, ont permis de doper la commercialisation avec des produits de qualité.  Si l’activité semble ralentir dans le centre par manque de disponibilité, cette situation devrait s’améliorer avec les prochaines livraisons.

Le stock immédiat baisse et atteint moins de 60 000 m². En raison de la rareté de l’offre et notamment du neuf, le centre et le sud se retrouvent sous tension, le niveau de la commercialisation reste élevé. Parallèlement le taux de vacance est très faible à l’échelle de la métropole. Il est < 3 %, ce qui est signe d’un marché tendu.

Toutefois, cette situation devrait prendre une tournure positive avec les prochaines nouvelles livraisons. Près de 30 000 m² sont prévus pour Euronantes d’ici 2023, afin de pallier cette forte tension à l’offre.

Du fait de la rareté des produits, une pression haussière a été observée sur certains secteurs, avec un loyer prime dans le neuf à 190 € en centre-ville.

Dans ce sillage, les volumes investis en bureaux affichent également un nouveau record, avec plus de 100 M€ engagés.

Portés par le besoin de modernisation du parc, et dans un contexte de forte tension à l’offre dans les secteurs établis, les investisseurs se sont positionnés sur des VEFA.

Si le taux est stable à 4,75 %, et malgré la hausse continue des prix dans un contexte de tension, les taux pourraient encore se compresser, à moyen terme pour les meilleurs actifs de bureaux.

Fatma AKAR

Research Consultante