Témoignage extrait de l’étude « The European Talent Landscape » réalisée par le fonds d’investissement britannique Balderton Capital.

Changement d’échelle, stabilisation et évolution. Interview de Chris Morton Fondateur de la start-up Lyst.

BC : En phase de démarrage d’activité, la flexibilité est-elle plus importante que la planification ?

CM : Oui ! il y a des imprévus qui sont impossibles à anticiper. Il est donc difficile de prédire quel profil ou quelle compétence seront nécessaires d’ici 2, 5 ou 10 ans. Il est donc vraiment important de recruter la personne dont vous avez besoin aujourd’hui et non demain. Par ailleurs, certaines personnes sont plus à l’aise dans de petites entreprises, d’autre dans des grands groupes. Chez nous, des personnes qui étaient tout à fait  adaptées quand nous étions dix, ne l’étaient plus à 150…

BC :  Est-ce vraiment négatif ?

 CM : Certains  employés arrivés dès le début du projet arrivent à évoluer, d’autres non. Parfois, ils préfèrent rester généralistes, et continuer à travailler dans de petites structures. Par essence, le changement d’échelle les challenge. C’est un concept plus familier dans les environnements de start up matures. Dans la Silicon Valley, les premiers employés sont conscients de leur valeur. Ici au Royaume-Uni, c’est moins clair.

 

CBRE Start-up Etude Balderton Capital

 

BC : Quand vous avez levé $40millions de dollars, comment  avez-vous maintenu la cohérence de votre plan de recrutement ?

CM : Je ne pense pas que la régularité des recrutements soit la bonne manière de changer d’échelle. Nous croyons qu’il faut atteindre d’emblée la taille visée, puis passer par une phase de stabilisation des recrutements.
Après la levée de fonds  de $40M,  nous avons constitué l’équipe que nous avons presque doublé en 15 mois. Quand une entreprise a une phase de croissance aussi forte, il est difficile d’anticiper à 100% le succès possible contrairement à une croissance qui  se construit  d’une manière interne et à un rythme lent et régulier.

A chaque fois que nous avons connu des phases de croissance rapide, nous traversons une période de 6 à 9 mois durant laquelle nous nous développons de manière beaucoup moins  agressive. C’est la phase de stabilisation. Durant cette phase,  nous nous posons des questions sur la structure de notre entreprise.  Est-ce que cela correspond à ce que nous avions imaginé il y a 12 mois ? S’agit-il de ce dont nous avons besoin ? Nous nous appliquons à renforcer les fondations afin de construire sur des bases solides. Cela nous prépare pour la phase de croissance suivante. qui est celle d’une nouvelle croissance envisagée.  S’il n’y a pas cette phase de «stabilité » et que vous faîtes croitre l’équipe à un gradient constant de 45 degrés, vous n’aurez jamais le temps de consolider les fondations et cela peut conduire à des échecs catastrophiques.

 


 

 

Alexandre Fontaine

Alexandre Fontaine

Directeur du département Bureaux Paris CBRE

Pin It on Pinterest

Share This