En veille constante sur les territoires et leurs évolutions CBRE est l’un des observateurs et selon les projets l’un des acteurs du Grand Paris qui s’apprête à transformer la capitale. Entretien avec Deborah Boïco et David Tran chargés d’études seniors CBRE en charge de l’immobilier tertiaire et logistique.

 Le Grand Paris s’accompagne de la création de près de 68 nouvelles gares. Comment vont-elles s’inscrire dans les espaces urbains et périurbains ?

Département Etudes et Recherche : Aujourd’hui, plusieurs études opérationnelles ou pré opérationnelles portant sur les pôles gares et leurs environnements sont en cours. Ces projets partagés par la Société du Grand Paris, les collectivités locales et les instances de transport ont pour objet de créer ou de renouveler le tissu existant afin de créer des espaces de mobilité, mais également de vie, au service des habitants.Certaines gares disposent d’importants potentiels fonciers, et donc de l’opportunité de développer de nouveaux quartiers, véritables « morceaux de ville » ou de repenser la porosité entre des espaces existants enclavés. D’autres sont implantées au sein de tissus urbains existants, amplifiant des dynamiques déjà à l’œuvre. Au-delà des velléités de chacune des parties-prenantes, tout l’enjeu de la concertation consiste à arbitrer des programmations cohérentes à l’échelle des sites comme de la métropole. En matière de développements tertiaire et commercial notamment, les ambitions doivent être raisonnées à l’échelle métropolitaine, pour éviter un effet de cannibalisation improductif tout en consolidant les polarités les plus stratégiques et notamment des principaux hubs de connexion. En termes résidentiels également, la densification accompagnant les démarches de requalification urbaine est nécessaire mais doit s’adapter aux singularités de chaque territoire. Les projets ne sont pour l’essentiel pas encore figés, 56 sites sont interrogés dans le cadre d’« Inventons la Métropole du Grand Paris », et le calendrier de mise en service des différents tronçons du Grand Paris Express influencera également la teneur des produits développés localement. En 10 ans, les tendances de modes de travail et les formats commerciaux évolueront. Les sites du Grand Paris se doivent d’être complémentaires, évolutifs et flexibles… voire pourquoi pas pour partie réversibles ? 

 

 La métropole du Grand Paris est un projet urbain, social, économique et politique d’envergure. Vous semble-t-elle pouvoir tenir son rang dans la compétition qui sévit aujourd’hui entre les grandes métropoles internationales que sont New York, Londres, Tokyo ou Singapour ? ?

Département Etudes et Recherche : La métropole parisienne tient déjà son rang. Elle est de fait très attractive. D’ores et déjà, elle offre une qualité de mode de vie, des infrastructures de transports modernes et aussi un urbanisme écologique que ne possèdent pas certaines grandes agglomérations asiatiques réputées pour être assez polluées. Le développement ambitieux du Grand Paris s’inscrit sur un fond de compétition économique mondiale. Il doit permettre à Paris de conserver sa place et de gagner des points dans le challenge dans lequel elle s’engage.

Projet majeur en terme d’aménagement, de modernisation du territoire et de renforcement des pôles d’attractivité économique, le Grand Paris peut-il susciter l’engouement des investisseurs étrangers ?

Département Etudes et Recherche : Il le suscite déjà. Le Grand Paris ne fait que renforcer l’intérêt des investisseurs sur la place de Paris. C’est un projet sécurisant qui se construit autour de zones économiques denses qui permettra une diffusion de l’emploi sur de nouveaux territoires valorisés et propres à l’investissement. Le lien entre prix de l’immobilier et accessibilité n’est plus à démontrer.
Aujourd’hui la stabilité est bien là, elle est réelle. Les travaux sont physiquement lancés, les projets se concrétisent, le calendrier est clair et la communication active. En tant que conseil en immobilier, nous estimons que les investisseurs seront séduits par ces développements territoriaux, par ces nouveaux produits qui bénéficieront de valorisations potentielles, d’augmentation de prix et d’une meilleure liquidité sur un marché qui est déjà ultra profond. Sans avoir un discours angélique, c’est très positif pour la région.
Beaucoup d’investisseurs s’intéressent à la France qui souffre d’ un manque d’offre. Le Grand Paris renforce l’attractivité globale du pays.
C’est notre rôle de drainer des investisseurs vers des zones potentiellement les plus porteuses afin que l’équilibre et le polycentrisme soient tenus et soient performants.


 

Olivier Gérard

Olivier Gérard

Managing Director

Grégoire de la Ferté

Grégoire de la Ferté

Directeur Agency Paris Centre

Pin It on Pinterest

Share This