Julien Ouin et Corentin de Richoufftz consultants immobiliers dans le Département Transactions locatives Paris QCA nous font part de leurs réflexions sur les questions qui se posent à l’entreprise lors de son déménagement.

Un déménagement ne se résume ni à un mouvement géographique ni aux questions de logistique et d’intendance qui se posent. Un déménagement est un projet d’entreprise qui offre à ses dirigeants l’opportunité de conduire le changement, de repenser les modes de travail et l’organisation de ses espaces immobiliers.

« Aujourd’hui, le déménagement est le levier qui permet d’appliquer les nouveaux usages et modes de travail. On part d’une considération purement économique dans un échange avec le Directeur Administratif et Financier sur la recherche de surfaces supplémentaires pour arriver à la question des moyens à mettre en place pour aborder la conduite du changement et l’application des nouveaux modes de travail » Selon Corentin de Richoufftz.

Un déménagement est un projet immobilier qui comporte  à la fois des enjeux d’ordre économiques et symboliques. Il est l’occasion de réfléchir sur les coûts, la gestion et l’entretien de la fonction immobilière, la rationalisation et le regroupement des effectifs comme des activités de l’entreprise. Il peut aussi traduire symboliquement l’évolution économique et culturelle d’une société à travers le choix d’une adresse ou le redimensionnement et l’aménagement de ses surfaces.

« Bien qu’un déménagement soit souvent initié par les utilisateurs pour des raisons d’extension de surfaces, que peut imposer une forte croissance économique de leur entreprise, il est aussi l’occasion de modifier des pratiques. Des préoccupations qui accompagnent désormais l’utilisateur dans sa réflexion au même titre que la localisation, la desserte des transports, l’accessibilité et le coût de l’immeuble. » commente Julien Ouin.

Le projet immobilier devient un outil de stratégie et d’innovation qui favorise la mise en place de nouveaux modes de travail, la reconceptualisation des espaces bureaux, des espaces informels  et implicitement de nouvelles pratiques managériales.

« Une tendance portée par la nouvelle économie, les New Tech pour se propager dans beaucoup de secteurs d’activité de l’économie. Par exemple des cabinets d’avocats qui s’interrogent sur la conduite du changement, du travail en mode projet et du décloisonnement des espaces bureaux alors qu’ils possédaient une vision plus figée et plus individualiste de l’espace de travail » précise Corentin de Richoufftz.

Les salles  de réunions sont de plus en plus perçues comme des espaces mobilisés et figés. A contrario, les utilisateurs privilégient les espaces réversibles multi-usages, plus fonctionnels et plus propices aux synergies tout en ayant recours ponctuellement à des prestataires externes pour l’organisation de réunions plénières planifiées dans de grands espaces.

« Le groupe Edouard Denis filiale de Nexity que nous avons accompagné en début d’année dans leur projet d’emménagement a pris le parti  d’externaliser ses salles de réunion, pour privilégier la synergie entre les équipes avec des espaces de réunion davantage repensés en mode coworking »ajoute Julien Ouin.

L’emménagement d’une entreprise dans de nouveaux locaux est l’occasion de concevoir des environnements de travail modernes portés par les développements technologiques. Inspirés par les concepts du Flex office, des espaces ouverts et des services, cette conception autrement appelée desk sharing s’associe au développement du travail collaboratif et à la multiplication des échanges. Une conception  qui favorise la circulation des idées comme des collaborateurs sous la direction d’un management par objectif  qui travaille en mode projet. Les entreprises saisissent cette opportunité pour mettre en place des éléments de bien-être et de confort conformes aux tendances actuelles dans les entreprises.

« Aussi pour répondre aux aspirations des entreprises, les bailleurs s’attachent à concevoir des smart building labellisés avec la norme Well, intégrant des services innovants comme une conciergerie dématérialisée, des espaces de restauration et de détente » ajoute Corentin.

Des notions que privilégient les entreprises lors du choix de nouveaux locaux, saisissant cette opportunité pour  mettre en place des éléments de bien-être et de confort conformes aux tendances actuelles dans les entreprises. Désormais, les travaux d’aménagement ne tournent plus autour du décloisonnement et des open-space  Des tendances qui accompagnent la maîtrise des différentes composantes du coût global de l’immobilier.

« Le bien-être a un réel impact sur la productivité, la performance des salariés et il est devenu un critère déterminant pour attirer et recruter des talents en particulier pour les start-up et les Millennials. Ces nouveaux espaces conçus comme des lieux de vie plus que comme de simples espaces de travail serviront également la cause financière. Un espace flexible, multi-usages (2 voire 3 en 1) consommera inéluctablement moins  de surface et générera ainsi des économies » conclue Julien.

La réussite d’un projet est donc en réalité une conjugaison de plusieurs composantes : bien-être et contraintes financières. Le premier pouvant in fine apparaître comme un levier d’optimisation inattendu.

Corentin de Richoufftz

Corentin de Richoufftz

Consultant immobilier Bureaux Paris GS

Julien Ouin

Julien Ouin

Consultant immobilier Bureaux Paris GS

Pin It on Pinterest

Share This