Vous recherchez un local commercial à louer ? Découvrez les pièges à éviter pour faire le bon choix parmi les annonces de location d’un local commercial. Choisir la solution d’un local commercial à louer peut être judicieux pour les entreprises et les professions libérales en début d’activité. Mais entre les règles de fiscalité et les spécificités des contrats de bail, difficile de s’y retrouver surtout lorsqu’il s’agit de sa première location de local commercial. Voici nos conseils pour éviter les embûches et les mauvaises surprises.

Choisir la bonne location de local commercial selon votre activité

Si vous avez décidé d’opter pour un local commercial à louer, deux solutions de location s’offrent à vous : la location individuelle et la location partagée. La location individuelle est la forme la plus plébiscitée par les entreprises et les professionnels. Ils louent leurs locaux commerciaux de manière individuelle et sont donc les seuls à s’acquitter du loyer et des autres charges inhérentes à la location. Commerçants et artisans privilégient particulièrement cette solution qui leur permet d’entreposer biens, matériels et marchandises à leur convenance. La location partagée présente, quant à elle, l’avantage de partager les frais entre tous les locataires. Elle est davantage choisie par les professions libérales.

Local commercial à louer, les modalités à vérifier dans votre bail

En fonction de votre activité, vous aurez à souscrire à un bail commercial de 9 ans minimum pour les professionnels pratiquant une activité commerciale, industrielle et artisanale, ou à un bail professionnel si vous, ou votre entreprise, exercez dans un autre secteur. Le montant des loyers est ouvert à la négociation entre le bailleur et le locataire. Des frais liés à un droit d’entrée sont des frais que le locataire devra payer d’avance, mais ils peuvent être un point de négociation pour réduire le prix du loyer. Malgré la durée minimale de 9 ans du bail commercial, le montant des loyers peut être révisé tous les 3 ans par le propriétaire. L’éventuelle augmentation des loyers ne peut en revanche être supérieure au taux fixé par la loi, soit 10%. Les charges, telles que l’électricité ou Internet, doivent être connues du locataire et donc indiquées dans le contrat de bail. Légalement, le bailleur est en droit d’imposer au locataire le règlement des impôts, taxes et primes. Il est donc important de bien vérifier les clauses concernant les charges locatives dans le contrat.

Un état des lieux obligatoire pour votre local commercial à louer

Une fois le contrat de bail daté et signé par les deux parties prenantes, le bailleur et le locataire, un état des lieux doit être réalisé lorsque ce dernier prend possession du local commercial loué. Cet état des lieux permet de décrire en détail le local et ses équipements et de justifier de la qualité du bien au moment où le locataire entre dans le bien. Cette description du local commercial permet au propriétaire de savoir si le locataire s’est bien acquitté de son obligation d’entretien du local. A l’issue de la location, le propriétaire pourra décider de rendre le dépôt de garantie au locataire, ou bien de prélever une partie de cette somme pour effectuer les travaux d’entretien ou de réparations nécessaires.

Pin It on Pinterest

Share This